Le frelon asiatique

La FDGDON 44 est fortement impliquée dans la surveillance des nouvelles espèces invasives qui présentent des menaces potentielles tant pour la biodiversité que pour la santé publique.

Le frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) a été accidentellement introduit en France il y a une dizaine d'années.
Redoutable prédateur d'abeilles, il est capable de réduire à néant une ruche en quelques jours.
Ses prélèvements sur la faune pollinisatrice peuvent aussi perturber les productions végétales et agir directement sur la biodiversité et les richesses naturelles.

En terme de santé publique, il présente une menace sérieuse pour les personnes sensibles en raison de son mode de défense basé sur une riposte en nombre.
Ses nids, qui peuvent se trouver n'importe où, comptent une quantité importante d’individus.
C'est cette diversité des supports, conjuguée à un mode d'agression particulièrement violent, qui induit une exposition aux risques nettement plus importante qu’avec le frelon européen.

En décembre 2009, le Préfet de Région a mandaté la FDGDON 44 pour assurer le suivi de l'espèce.
Notre Fédération a donc lancé une campagne de sensibilisation auprès de tous les apiculteurs du département, des syndicats de rivières ou de marais, des collectivités, des fédérations de chasseurs, pêcheurs, des particuliers, ...
Plus de 800 plaquettes ont ainsi été éditées et distribuées.

nid de frelon asiatique


La présence du frelon asiatique a été authentifiée pour la première fois sur notre département en avril 2010.

En 2011, l'expansion du frelon asiatique s'est confirmée, avec 129 nids comptabilisés.

En 2012, 689 nids étaient dénombrés sur notre département.

En 2013, 822 nids ont été recensés.

Pour 2014, la progression est alarmante : 1 447 nids enregistrés, soit une augmentation de 76% par rapport à l'année précédente.

Une ligne téléphonique dédiée a été ouverte pour tous signalements ou demandes de renseignements : 02 40 36 87 79
Des conseils sur les moyens et procédures de destruction sont prodigués, ainsi que des recommandations pour le choix des entreprises spécialisées.


Le piégeage des frelons asiatiques, quelques points de repère...

 
Nous sommes régulièrement interrogés sur l’opportunité de mettre en place un piégeage contre le frelon asiatique, en particulier au printemps pour capter les fondatrices avant qu’elles ne s’installent.
 
La FDGDON 44 relaie les informations dispensées par la communauté scientifique (Museum National d'Histoire Naturelle, Université de Tours, Institut Technique et Scientifique de l'Apiculture et de la Pollinisation) et les services de l'Etat, à savoir que le piégeage généralisé n'est pas souhaitable car il pose d'importants problèmes en matière de biodiversité.

En effet, il n'existe pas à ce jour de piège ou de phéromone spécifique pour Vespa velutina, contrairement à ce qui peut parfois être affirmé.

Le piégeage, s'il est pratiqué, ne doit cibler que la période pendant laquelle le frelon asiatique exerce une forte pression sur les colonies d'abeilles et uniquement dans les ruchers où sa présence a été observée (Note de service de la DGAL du 10 mai 2013).

Le piégeage pourra se généraliser dès la disponibilité d'un piège sélectif monospécifique. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, mais nous comptons beaucoup sur la seule action de recherche publique portée par l'Université de Tours.

Le Plan d'action collectif de lutte contre le frelon asiatique

Compte tenu de la progression du frelon asiatique et de la demande croissante des collectivités, la FDGDON 44, en lien avec le Conseil Général et le Conseil Régional, propose la mise en place d'un schéma de lutte harmonisé au niveau départemental et régional.

Nous avons élaboré un Plan d'action collectif à destination des collectivités, au titre de la santé publique, et rencontré les communes de Loire Atlantique pour leur présenter le projet.
Plus de 110 collectivités ont souhaité signer une convention de partenariat avec la FDGDON 44 afin que leurs administrés bénéficient de ce nouveau service.

Pour savoir si votre commune participe au Plan d'action collectif, cliquez ici.